Thursday, May 22, 2008

Jacques de Venise (notice du DHGE, 1997)

Alors: la notice ou le livre (de Gouguy) ?

Je vous livre ici un document indispensable pour mieux évaluer les prétentions à la "nouveauté" du Sieur Gouguenheim.


Ce document à été rédigé par R. Aubert, en 1997 (soit 11 ans avant Gouguy !), dans le fameux Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastiques.

Le contraste est tout simplement saisissant:
  1. d'abord, Jacques de Venise n'a rien d'une "découverte" sensationnelle
  2. y a pas de Saint-Michel qui tienne dans la notice du dictionnaire !
  3. le ton est moins mystique que, disons, "chaînon manquant" ou autre déclaration catégorique (voyez le "probablement" de Aubert, sa problématisation philologique sereine, etc.)
  4. l'importance de Jacques de Venise est en outre bien soulignée (dix générations de philosophes occidentaux utilisèrent la traduction de Jacques pour les Derniers Analytiques).
Avec cette simple notice bio-bibliographique, on peut comprendre ce que le livre de Gouguenheim à de surfait.

Mais moi, on me l'a offert, je n'ai pas eu à payer la vingtaine d'euros pour lire l'onirique essai d'un dépassement historiographique qui n'en est pas un.

Chère, la paraphrase, non ?

Abd El Maakir

2 comments:

Husky said...

Merci pour cette référence très intéressante.

Je signale aussi en anglais « John of Salisbury and Aristotle » de Charles Burnett, Didascalia, Sendai, Japan, 1996 http://www.sal.tohoku.ac.jp/phil/DIDASCALIA/2CHBURNE.PDF

et en français, l'article de Coloman Viola paru en 1967 : http://pagesperso-orange.fr/coloman.viola/Aristote_au_Mont_Saint-Mic.html

La note concernant Jacques de Venise insérée dans la chronique de Robert de Torigny était déjà mentionnée dans l'Histoire ecclésiastique de Johann Lorenz Mosheim au XVIIIe siècle.

Abd El Maakir said...

Merci de votre sympathique et fructueuse contribution, Husky.

(curieusement, je connaissais surtout Viola pour ses écrits sur Saint Anselme).

Le document que j'ai posté est une première sur le web: il ne se trouve (malheureusement) nulle part ailleurs. Le tort est désormais réparé.

c'est aussi une référence centrale que l'on ne saurait négliger ou minorer.

Je dispose de précieux documents que je mettrai prochainement à la disposition de mes lecteurs.

Si vous cherchez quelque chose de précis, n'hésitez pas à m'en faire part, ma malice et ma longue vie pourraient vous rendre de fiers services.

Bien à vous et à bientôt, peut-être.

Abd El Maakir