Sunday, June 21, 2009

Compléments de l'article de Claude Gilliot sur Luxenberg

Il fallait que quelqu'un le fasse. Je l'ai donc fait.
Je fais suite à l'article de Naravas où le débat portait sur la longue recension/exposition des thèses de Luxenberg par Claude Gilliot.
J'ai ensuite donné en lien, l'article de Gilliot, hébergé aussi par Christoph Heger (et maintenant, sur le site même de notre islamologue).
A la version disponible en ligne manquait deux pages: p.392 et p.393 avec les 4 notes de bas de page.
C'est un tout petit hommage que je rends à Luxenberg, obligé de vivre caché et sous pseudonyme pour avoir fait œuvre de science dans le domaine coranique.






METHODES ET DEBATS

A cela, il conviendrait d'ajouter que selon la tradition musulmane, le cousin de Hadiga, Waraqa Ibn Nawfal, lisait les livres saints; mais aussi que les Qoreichites prétendaient que Mahomet se faisait instruire par des esclaves juifs ou chrétiens. Mais cela ne fait pas partie de l'entreprise de Luxenberg, laquelle est, encore une fois, strictement philologique. Il travaille actuellement a un second ouvrage que l'on attend avec impatience

5. Perspectives

Le Coran se donne a voir comme une révélation venue directement de Dieu et la tradition musulmane, comme on devrait s'y attendre, est soucieuse d'enraciner l'idée que ce Coran est constitue des ispsissima verba Dei (les paroles mêmes de Dieu). Reprenant et analysant ici un certain nombre de récits de l'historiographie musulmane ancienne (et il en est beaucoup d'autres), nous constatons que l'histoire du Coran (en amont) ne correspond pas tout a fait a la représentation que l'historiographie et les théologiens musulmans voudraient nous faire partager. Le Coran avant de devenir le texte que nous connaissons est passe par des avatars, y compris, en amont, par les informateurs de Mahomet[35], qui, a notre avis, "reprennent de leur actualité" après le travail de Luxenberg.


Tout d'abord avant la délivrance orale des révélations par Mahomet qui très certainement était informe des écritures juives et chrétiennes, par voie orale ou par la voie des traductions syriaques de la Bible, ou par celle de textes syriaques[36] extra-bibliques. Ce a quoi il faudrait ajouter le canal de la tradition éthiopienne, directement ou par l'intermédiaire de l'Arabie heureuse qui avait d'étroites relations avec l'Éthiopie.


Le Coran (ou plutôt les diverses révélations délivrées par Mahomet) a encore connu de nombreux avatars avant d'être collecte en un "codex", mais même lorsque cela fut fait, le texte a encore pu être transforme, étant donne que les premiers exemplaires furent écrits dans une écriture arabe primitive ne comportant pas de voyelles et dont les consonnes ayant le même trace (ductus) n'étaient pas marquées des points diacritiques permettant de les desambiguiser. A cela s'ajouterent probablement des corrections faites par les premiers grammairiens et phi- lologues, qui etaient le plus souvent aussi des "theologiens-juristes" (fuqaha)[37]. Depuis quelques annees s'affine en nous, a la lecture critique des sources, l'idee que le Coran est en partie le fruit d'un travail collectif, le travail de C.L. nous renforce dans cette direction de recherche[38].


Notes:

[35] Claude Gilliot, (<>, JS4I, 22 (1998), p. 84-126.

[36] A la ville de Hira, deja mentionnee, il faudrait ajouter Anbar, situee sur la rive gauche de l'Euphrate, a 62 kilometres de la future Bagdad, avec laquelle La Mecque avait des relations; M. Streck-[A.A. Duri], ?al-Anbar>>, EI, I, p. 499-500.

[37] Nous n'avons pas mentionné l'important ouvrage suivant: John Wansbrough, Quranic Studies. Sources and methods of Scriptural interpretation, Oxford University Press, 1977, XXVI+256 p. Selon lui, le Coran tel que nous le connaissons ne peut etre date avant le debut du IlIe siecle de l'hégire/IXe de l'ère chrétienne. Cette datation paraîtra trop tardive. Cela dit, cette étude magistrale a attiré l'attention sur le processus de venue au jour progressive du texte coranique.

[38] V. Cl. Gilliot, "Un verset manquant du Coran ou réputé tel", in En hommage au Père Jacques Jomier, op. Études réunies et coordonnées par Marie-Thérèse Urvoy, Paris, Cerf ("Patrimoines"), 2002, p. 73-100; Id., "Un non-musulman cultive et un chercheur occidental face au Coran", a paraitre dans la revue lyonnaise Lumière et Vie; Id., "Le Coran, fruit d'un travail collectif ?", a paraitre dans les actes du Symposium international "Al-Kitab. La sacralité du texte dans le monde de l'Islam", Leuven, 29 mai- ler juin 2002.

10 comments:

Naravas said...

Excellent Abd al-Maakir ! Ce compte rendu mérite d'être plus connu. Oui, on attendra avec impatience les prochaines "révélations" (lol!) de Luxenberg ;-)

Abd El Maakir said...

Tu sais, cher akh fi din, je ne fais qu'obéir aux exigences du Très-Haut:

هَاتُواْ بُرْهَانَكُمْ إِن كُنتُمْ صَادِقِينَ

;-)

(Haatu burhaanakum in kuntum saadiqiin) [2:111]

Marc said...

C'est un travail certes qui ne produit point son fruit, je veux dire qu'il n'y a aucune preuve sur ce qui est avancé contre le Coran dans cet article comme ailleurs.

Abd El Maakir said...

Merci "Marc", pour cette savante contribution à l'arboriculture.

Téméraire V5.0 said...

Luxenberg : Houris, Raisins ou Tricherie

Luxenberg et l'Origine de l'Ecriture Arabe (1ère Partie)
Luxenberg et l'Origine des Signes Diacritiques Arabes (2ème Partie)
Luxenberg et la Présence Araméenne en Arabie (3ème Partie)
Luxenberg, perdu entre l'Arabe et le Syriaque (4ème Partie)

Abd El Maakir said...

Merci Téméraire.
Dommage pour le style "spam" de votre post.
J'ai déja pris connaissance de vos écrits auparavant.
Vos positions sont animées par la "défense et l'illustration" de votre foi.
N'importe quel pope ou protestant américain en aurait fait autant.
Ce qui nous éloigne de beaucoup d'un vrai débat scientifique. Sans "sacré" à sauver ou "miracle" à faire croire.
Cordialement,
Abd El Maakir

ps: le spam se reconnaît aussi au style "la salam wa la kalaam" ;-)

Téméraire V5.0 said...

j'avais pas l'intention de spammer et tu peux sans prblm effacer mon commentaire.

le sujet a été trop débattu avec les mêmes personnes (en conséquence Naravas), tout a été dit, et si vous prenez la peine de bien lire ma note personnelle : Luxenberg : Houris, Raisins ou Tricherie; vous verrez que les preuves sont accablantes et ce n'est aucunement un travail délibéré mais un raisonnement qui se base sur une logique et une assise scientifique.

PS: je suis un Grand Commentateur :) et j'ai toujours un plaisir de "négocier" ce que les autres écrivent mais lorsqu'il n'y a rien à ajouter ça ne sert à rien de dire de l'inutile

Abd El Maakir said...

Ce n'est pas dans mon genre de cisailler, Téméraire.

Et il y a de la sagesse dans ce que tu dis: ma qal-la wa dal-la.

Tu vas avoir des surprises avec les prochaines publications de Christian Robin (spécialiste du yémen antique)

http://www.clio.fr/espace_culturel/christian_robin.asp#

Saha ftourek et à la prochaine querelle ;-)

Abd El Maakir said...

J'en profite pour rendre un vibrant hommage à Claude Gilliot.

Téméraire V5.0 said...

Merci beaucoup pour le lien qui est très enrichissant et saha chribtek et au prochain échange fructueux