Saturday, August 29, 2009

L'incroyable inculture homophobe de Tariq Ramadan


Il faut bien des tours pour faire semblant d'être "moderne" et "tolérant" quand on est Tariq Ramadan.

Tariq aime les fondements mais seulement quand ils sont islamiques. Et pour ne pas se sentir seul, il appelle ses amis, les religieux des autres religions, dans une étreinte oeucuménique, pour dire qu'il n'est pas le seul à trouver que God est grand.

Mais sur son site où Tariq tente de faire passer l'homophobie pour un droit respectable - fondé en religon et même partagé ... par d'autres religions ! - , Frère Tariq sort sa (grosse) culture et nous cite - pardons, nous mentionne - Freud ... comme allant dans le sens de Tariq Ramdan himself.

Freud était-il religieux aussi ?

Sigmund était-il musulman ?

Sigmund Freud était-il membre des Frères musulmans ?

M'aurait-on caché des choses ?

Attention, séquence culture : [nous soulignons]

Il faut dire et répéter, comme le relève Isabelle Levy dans son ouvrage « Soins et Croyances »[1], les spiritualités et les religions - des courants majoritaires de l’hindouisme, du bouddhisme au judaïsme, au christianisme et à l’islam - toutes condamnent et interdisent l’homosexualité.
L’immense majorité des rabbins s’expriment en ce sens, de même que le Pape et jusqu’au Dalaï-Lama qui a condamné l’homosexualité. Pour toutes ces traditions, comme c’était d’ailleurs le cas pour Freud (qui parle de « perversion »), l’homosexualité est considérée comme « contre nature », « l’expression d’un déséquilibre » dans l’évolution de la personne et l’homosexualité est moralement condamnée pour cela. Cela reste l’opinion largement majoritaire de toutes les spiritualités et de toutes les religions et l’islam ne fait pas exception. Il serait insensé de vouloir nier ces faits, contredire les textes et imposer certaines contorsions intellectuelles aux croyantes et aux croyants afin qu’ils puissent prouver qu’ils sont à même de vivre avec leur temps.


Ni citation, ni ouvrage, ni rien, mais Freud devient lui aussi un peu homophobe scientifique.

En somme, Tariq Ramdan vient d'inventer El Hadj Freud, le psychanalyste qui n'a pas écrit L'avenir d'une illusion. Devant le nez et la barbe de tout le monde.

Qu'importe. Tariq compte sur vous: comme lui, vous devez connaître Freud. Après tout, c'est une marque comme Coca Cola ou Quick.

Et pourtant, c'est bien Freud qui affirmait, dans ses Trois essais que :

" Le choix d’objet homosexuel est présent dans la vie psychique normale"

ou encore :

« L’homosexualité ne relève pas du tribunal et j’ai même la ferme conviction que les homosexuels ne doivent pas être traités comme des gens malades, car une telle orientation sexuelle n’est pas une maladie. Cela ne nous obligerait- il pas à caractériser comme malades de nombreux grands penseurs que nous admirons précisément en raison de leur santé mentale [...] Les personnes homosexuelles ne sont pas des malades »
(cité par Kenneth Lewes, The Psychoanalytic Theory of Male Homosexuality, NY Meridian).


Sigmund Freud a même voulu aider les mouvements homosexuels de son temps (sans succès, d'ailleurs).
Rien n'est plus étranger à Freud que l'idée de criminaliser l'homosexualité et les homosexuels.

Tariq Ramadan ne maîtrise décidémment pas ses classiques.

Si notre bigot suisse, spécialiste du double langage et de l'argumentation en forme de Gouda, voulait maquiller son rejet de l'homosexualité, il aurait pu citer tout simplement Jacques Lacan:

« Les homosexuels, on en parle. Les homosexuels, on les soigne. Les homosexuels, on ne les guérit pas. Et ce qu’il y a de plus formidable, c’est qu’on ne les guérit pas malgré qu’ils soient absolument guérissables »
(t. 5 du Séminaire, 1957-1958).

Tariq aurait également pu citer son camarade Al Qaradawi. Ce dernier est plus direct, à défaut d'être plus humain. Mais vous comprenez, en contexte occidental, ça fait ... task.

Finalement, en plus d'être hypocrite, Tariq Ramadan est inculte. Il veut faire croire, par malice islamiste, que Freud donne raison à son homophobie et à sa vision fondamentaliste du monde, d'autant plus qu'on "ne peut pas contredire les textes". Oui mais lesquels ?

Les textes islamiques sans doute, et leur lecture islamiste ...

Sinon, vous pouvez prendre le temps de lire. C'est plus enrichissant que de fréquenter des théologiens incultes et des rhéteurs rétrogrades.