Tuesday, June 22, 2010

Voix de femmes, voix de flammes


Quelques ânes d'Al Azhar qui font office de "savants musulmans" préviennent la société d'un grand danger; d'un danger si grand qu'il risque de provoquer la "dissolution" de la société islamique: la voix des femmes.

Classique, me direz-vous. Mais cette fois, ce petit groupe de connards enturbannés fait dans le raffinement: il ne s'agit pas de n'importe quel type de femme, il s'agit des femmes musulmanes qui récitent ou veulent réciter le Coran publiquement, à la radio ou à la télévision.

Pourquoi ? Parce que la voix de la femme - même pieuse- est une "3aoura", une impudicité qui mène mécaniquement vers la "fitna", la tentation, le désorde, la débauche, l'apocalypse sociale.

La profonde haine que les islamistes manifestent contre les femmes est connue. C'est une haine telle qu'elle s'attaque même aux croyantes et aux musulmanes.

Ces "théologiens", aidés d'un prof d'arabe qualifié de "chercheur" l'affirment: la voix de la femme, croyante ou pas, est un éminent danger.
On se croirait au temps de la Grèce archaïque, avec Ulysse résistant aux sirènes.
Mais je crois que nous sommes plutôt au temps de la décadence, celle où une poignée d'incultes agressifs guident des millions d'analphabètes vers le rabaissement de l'autre moitié de la terre.

A moins que la croyante d'islam ne se satisfasse de la place que lui assigne les primates écervelés d'Al Azhar et consort: deuxième. Derrière l'Homme et un peu au-dessus de l'animal de compagnie.


Titre d'Al Sharq Al Awsat, du mardi 22 juin 2010, nº 11529

Des savants d'Al Azhar déclarent: permettre à la femme de lire le Coran à la radio ou sur les chaines satellites ouvrira la porte à la dissolution dans la société.

Ils déclarèrent à Sharq Al Awsat: sa voix est une "3aoura" (impudicité) et sa lecture du Coran devant les hommes, une fitna.



علماء أزهريون: السماح للمرأة بقراءة القرآن في الإذاعة والفضائيات سيفتح باب الانحلال في المجتمع

قالوا لـ «الشرق الأوسط» إن صوتها «عورة» وقراءتها القرآن أمام الرجال «فتنة



2 comments:

El Kherraz said...

Que Dieu nous préserve....
Qol a'ou dou birabi annassi, Illahi annassi, min chari al îmâmi al khannassî, alladhi youwaswissou fi soudouri annassi.

Abd El Maakir said...

Un tel niveau de connerie n'est trouvable que sur le Mont Athos, "république monastique" (sic) où même les femelles (d'animaux, cela ne va de soi pour les religieux) sont interdites sur la Sainte Montagne grecque.